1

L'Algérie européenne occupait les villes, l'Algérie musulmane les bidonvilles. L'Algérie européenne couvrait les meilleures terres, l'Algérie musulmane prenait les petits champs secs. L'Algérie européenne avait des routes, des écoles, des services publics, l'Algérie musulmane comprenait des populations non recensées, non administrées, non soignées, non instruites. »

Evénements 54-62 Les archives Les vidéos Témoignages Livre d'Or
 

er novembre 954, L'insurrection

Six hommes , Bitat, Ben Boulaïd, Didouche, Boudiaf, Krim et Ben M'Hidi. Ils viennent de fixer tous les détails du plan d'action de la «Toussaint rouge ». Chacun va repartir vers sa zone de combat. D'où viennent-ils? De l'O.S.! O.S., l'organisation spéciale créée en 946 par les Messalistes pour exercer le terrorisme. Là se sont rencontrés Ait Ahmed et Ben Boulaïd, et Bitat, Ben M'Hidi et Didouche. Et aussi - il sera même leur chef dès 948 - un curieux personnage, Ben Bella. Encore un déçu de la fraternité franco-arabe. Il a 38 ans, est né en Oranie, à Marnia. Fils de petit commerçant, il ne va à l'école que jusqu'au certificat d'études. Mais sa soif de culture est immense (ce sera un trait permanent de son caractère). Il lit, il dévore l'Histoire de France et surtout l'épopée révolutionnaire. Il se sent pétri d'héroïsme et va le prouver

 

5 juillet 962, L'indépendance

Rocher Noir, 4 juillet, 2 h. Sur l'esplanade de béton, un djounoud en tenue camouflée et une jeune guide musulmane hissent un drapeau vert et blanc, frappé de l'étoile et du croissant rouge. A quelques dizaines de mètres du bureau de M. Christian Fouchet, à la porte duquel deux spahis, manteau rouge et sabre au clair,montent la garde. Le Haut commissaire de France a décliné l'invitation que lui avait adressée trois quarts d'heure auparavant M. Abderamane Fares, président de l'exécutif provisoire...L'Algérie est indépendante! Cent trente-deux ans après que, jour pour jour, les troupes françaises aient pris Alger. Ils avaient débarqué quelqes jours auparavant, à Sidi-Ferruch...Sidi-Ferruch, 5 juillet, 6 h. Sur le front de mer, le silence s'est fait parmi la foule immense qui attendait depuis le matin. Chantant d'une voix rauque et triste l'hymne algérien, six cents djounouds de la willaya 4 (béret rouge ou casquette bigeard, chaussures et armes hétéroclites, tenue léopard) forment le carré autour du monument.

 

Copyright © 999-202 KOTNI  Fouad. Tous droits réservés.

 

 

free counters